Quel avenir pour le titre de transport papier ?

    Article 6 - Banner-min.jpg

    Le titre de transport, qu’il soit en version papier ou numérique, existe depuis l’apparition des premiers transports en commun à la Renaissance. Il est la preuve que l’usager a payé son trajet et matérialise le contrat de transport entre l’usager et le transporteur. Il existe aujourd’hui sous différentes formes papier (avec ou sans bande magnétique, rechargeable ou non), mais depuis quelques années avec l’essor du numérique, le ticket dématérialisé sur mobile a fait son apparition et tend à s’imposer, remplaçant le ticket papier historique. 

    Dès lors, nous pouvons nous questionner sur l’avenir réservé au titre de transport papier. Dans un premier temps nous reviendrons sur l’âge d’or du ticket papier, puis nous détaillerons les avantages de la dématérialisation et du M-Ticket, enfin nous analyserons comment le MaaS aide et complète la transition vers le billet dématérialisé.

    L'âge d'or du titre de transport papier

    Les premiers titres de transport remontent à la Renaissance, où au XVème siècle les utilisateurs de diligences recevaient un bon manuscrit qui attestait du paiement du service rendu. 

    En juillet 1900, avec l’inauguration du métro parisien, le ticket va devenir omniprésent dans la vie des utilisateurs de transports en communs, qui sont de plus en plus nombreux. Il existait alors des tickets différenciés, de première et de seconde classe, validés par des poinçonneurs, rendus célèbres en 1959 par Serge Gainsbourg dans sa chanson “Le poinçonneur des Lilas”. L’inconvénient résidait dans le fait qu’il était alors nécessaire de se rendre à un guichet (où l’attente pouvait être longue) pour pouvoir acheter son titre avant de pouvoir se déplacer via les transports.

    Les tickets papier ont depuis bien évolué, notamment avec l’apparition d’innovations technologiques, tels que l’oblitération mécanique, la bande magnétique et les portillons d’accès dans le début des années 1970, remplaçant les poinçonneurs. Les distributeurs automatiques de titres de transport, introduits quant à eux dans les années 1980, ont permis de fluidifier le trafic, réduisant l’attente aux guichets. Plus récemment, le ticket rechargeable avec une puce intégrée est également apparu dans le paysage des titres de transport, permettant ainsi de réduire le nombre de tickets à imprimer. 

    Mais, petit à petit, depuis quelques années, le ticket papier tend à disparaître, étant remplacé par des billets dématérialisés sur mobile ou sur carte à puce

    Tickets-min.jpg

    Les avantages de la dématérialisation et du M-Ticket

    Cette dématérialisation présente de nombreux avantages. En effet, il n’est plus nécessaire de se déplacer en amont, il est possible d’acheter son titre de transport, sur une plateforme digitale et ce à toute heure. Cela entraîne un gain de temps considérable et il n’y a plus de file d’attente à faire (vous ne risquez plus de rater le prochain tram !). 

    Autre avantage, il est désormais possible d’avoir tous ses titres de transport au même endroit, à savoir sur le téléphone. Cela permet donc de les retrouver plus facilement, et par la même occasion de réduire considérablement le risque de les perdre

    Avec l’essor de cette dématérialisation, la disparition du ticket papier semble aller bon train. Le carnet de tickets t+ à Paris n’est désormais plus disponible à la vente dans 180 stations du réseau. Bruxelles a fait disparaître le ticket magnétique il y a déjà 6 ans. 

    Une autre solution de dématérialisation du titre de transport est apparue au cours de la dernière décennie, l’open payment. Il suffit alors de présenter sa carte bancaire sans contact devant le valideur et le trajet est validé. La carte bancaire faisant office de titre. Londres est la première ville européenne à avoir lancé ce système en 2014, suivie en France par Dijon sur le réseau Divia en 2018 (qui était alors la deuxième ville européenne à se doter d’un tel système) et plus récemment le réseau TCL - SYTRAL de la métropole de Lyon, mi-2022. 

    Cette transition a également un intérêt écologique. La transition vers le ticket dématérialisé permet de diminuer l’utilisation de papier. En Île de France, la disparition du ticket permet d’économiser 250 tonnes de carton par an. De plus, cela évite que le ticket soit jeté sur la voie publique après utilisation, permettant ainsi de réduire la pollution.  

    Comment le MaaS aide et complète la transition vers le billet dématérialisé ?

    Les applications MaaS, telles que celles que nous développons chez viaTransit, combinent informations voyageurs en temps réel et achat de titres dématérialisés (entre autres). Cet outil tout-en-un permet aux autorités organisatrices de mobilité de gérer leur billettique, d’ajouter l’information trafic avec les perturbations, les horaires de passage ainsi que le plan du réseau.

    Cela donne donc à l’usager la possibilité de retrouver l’intégralité des informations utiles à son trajet en une seule et même plateforme. 

    Parallèlement à cela, une solution MaaS avec boutique en ligne de titres de transport permet aux réseaux de transports de booster leurs ventes de titres dématérialisés. Cela s'explique par le fait que l’usager sera plus enclin à acheter son titre de transport sur mobile s'il utilise également cette application pour connaître le temps d’attente avant le prochain passage, plutôt que de devoir installer une multitude d’applications pour chaque service qu’il désire utiliser. 

    Ce que nous proposons, en collaboration avec Ubitransport va dans ce sens. Avec nos réseaux partenaires, nous développons un service tout-en-un visant à la simplification de l’utilisation des transports en commun, permettant de consulter les horaires, de rechercher un itinéraire, d’acheter son titre de transport, deréserver son transport à la demande etc. 

    Article 6 - MTicket illustration.png

    Conclusion

    Nous avons pu observer que nous vivons actuellement un tournant dans l’histoire du titre de transport. Très longtemps en version papier, il était tout un symbole pour bon nombre d’utilisateurs des transports en commun, ainsi que pour les collectionneurs. Désormais, le titre de transport s’adapte aux nouveaux usages ainsi qu’aux nouvelles technologies et devient de plus en plus numérique. Plus pratique et ayant moins de risque d’être perdu, le m-ticket est de plus en plus répandu. Cette dynamique est également portée par des solutions MaaS encourageant encore plus la transition vers le billet dématérialisé, pour plus de facilité.